• Petite brochette

    Depuis mon dernier post, tout s'est compliqué. Alors que la vie reprenait un cours plus serein et que je m'étais lancée dans une période de sévère réorganisation sur le mode KONDO, le covid 19 associé à une série de pannes matérielles dont une défaillance internet de 39 jours m'ont incitée une fois de plus à revoir mes projets et tout le reste  la baisse.

    J'ai cependant beaucoup tricoté et cousu pendant cette période, mais l'urgence pour ceux qui doivent travailler ou retourner bientôt à leurs activités quasi normales m'ont conduite à tout abandonner au profit de la confection de masques, tant  la distribution de masques grand public reste encore problématique.

    Heureusement, il me restait le téléphone portable et grâce à mon amie Christine qui s'est attelée à la question bien avant moi, j'avais des infos sur les modèles, les techniques, etc.

    Dès que j'ai pu ouvrir internet, sur ses conseils j'ai entrepris la confection d'un masque sur le modèle du CHU de Grenoble. Pour ce faire, j'ai utilisé les moyens du bord, à savoir des serviettes de table en coton et en métis dont je ne me servais jamais, un ancien drap de lit de bébé (les bébés en question sont maintenant quasiment majeurs :) et un reste de molleton de coton

     

    Petite brochette

    Vu mon âge et ma pathologie, je reste sagement confinée mais il est des obligations auxquelles on ne peut se soustraire. il a donc tout de même fallu  que je sorte. Ce fut l'occasion de tester  mon premier masque prototype.

    Une catastrophe ! D'une part, il ne tenait pas en place et d'autre part à chaque expiration, mes lunettes se couvraient de buée (ce que l'on voit bien sur la photo). Constat également effectué par un autre porteur de lunettes : le mari de mon amie Christine.

    Bien évidemment, j'ai immédiatement réduit les élastiques et j'en ai déduit que pour tous les masques à venir, il valait mieux que ce soit le destinataire qui les ajuste ce qui implique de prévoir un réglage possible.

    Cet ajustement n'a cependant pas été suffisant. J'ai alors envisagé comme l'a indiqué Perrine sur Youtube de prévoir un "pince-nez". En faisant le tour de mes petits trésors, j'ai opté pour l'utilisation de cure-pipes. Le fil métallique intérieur est  souple et bien enrobé de sa gaine en coton, il m'a semblé assez douillet. Par ailleurs, sa longueur, environ 16 cm, permet de plaquer le masque non seulement sur l'arête nasale mais aussi sur le haut des joues, alors que les liens de sacs congélation en ma possession étaient très courts (environ 6 cm) avec des fils métalliques  agressifs aux extrémités.

    Le masque que vous voyez ci-dessus a déjà fait l'objet de ces modifications. Mais il reste très mal ajusté sur le nez parce que j'ai introduit après-coup le cure-pipe et que la couture de maintien se trouve à 1cm du bord. Il ne plaque pas au niveau des joues car le masque est trop épais à cause du molleton et d'une façon générale il monte trop haut. Certes, j'ai moins de buée après réaménagement, mais il n'est ni confortable ni pratique car il se déplace encore alors que les élastiques ont été réduits à 17 cm.

    Pour ceux qui étaient déjà taillés et en cours de confection, j'ai utilisé mon pied pour passepoil ce qui m'a permis de maintenir le cure-pipe très près du bord.

     

    Petite brochette

     

     

    Petite brochette

     

    Le résultat ainsi obtenu est bien meilleur mais je crois que pour les masques de ce type (CHU de Grenoble) qui me restent à confectionner, je supprimerai le molleton et remplacerai la doublure en coton fin (drap de bébé) par la doublure en métis que j'ai utilisée pour la réalisation des autres masques.

    Après cette déconvenue, j'ai  tenté une expérimentation avec le modèle AFNOR que Cassiemini a présenté en vidéo. Il m'a paru non seulement plus facile à confectionner mais aussi plus léger à porter et peut-être plus approprié pour les porteurs de lunettes

     

    Petite brochette

     

    Personnellement, ce modèle me convient bien mieux.. Il s'avère plus souple, plus ajusté notamment sous le menton et s'il me reste encore un peu de buée sur les lunettes, cela reste supportable.

    °

    °   °

    L'urgence étant à la production, j'ai préparé un envoi pour ma nièce comportant

    - deux modèles type CHU avec molleton (les masques étaient en voie de finition) auxquels j'ai pu insérer des cure-pipes en guise de pince-nez,

    - et plusieurs modèles de type AFNOR dont j'ai progressivement modifié la procédure de montage pour gagner du temps et limiter de-ci de-là les épaisseurs liées aux coutures.

    Voici les deux  premiers sur ce modèle :

    Petite brochette

     On peut noter que le deuxième présente déjà des ajouts latéraux nettement plus larges, modification que j'ai encore accentuée sur le dernier ci-dessous

     

    Petite brochette

    Cela favorise le passage des élastiques et permettra un froncement plus facile pour la mise en place.

     

    Petite brochette

     

    J'aurais pu faire plus sobre, mais comme ma nièce, à laquelle j'avais demandé ses préférences en matière de couleur a eu l'imprudence de me dire qu'elle me faisait confiance, j'avoue que, sur ce plan, je me suis lâchée. Peut-être même que j'ai quelque peu déliré. Qu'elle me pardonne !

    Prise d'un remords tardif, j'en ai ajouté un, tout blanc... tellement blanc, qu'on ne peut pas faire plus neutre... A elle, de dispatcher cette brochette selon les goûts et l'humeur de chacun et à ajuster les élastiques ce qui n'est pas très aisé, d'ailleurs.

    Quant à moi, il me reste à terminer ceux en cours, en apportant les modifications qui me paraissent appropriées compte tenu de mon expérience personnelle. Mais je suis vraiment avide de connaître les critiques des destinataires pour pouvoir, par voie de conséquence, améliorer ce dispositif qui risque de nous être utile encore un temps  certain. J'aimerais aussi  tenter une expérience que me suggère mon amie Christine qui se demande si l'ajustement des élastiques ne pourrait pas être réalisé plus facilement par l'utilisation d'un bouton et d'un élastique perforé.

    A suivre....

    Bonne semaine à toutes.

     

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 30 Avril à 04:47

    Bonjour, Bernadette ! Je sus passée par des déconvenues aussi pour la fabrication de ces masques. Ayant vite découvert le modèle AFNOR à un pli, je l'ai préféré et j'ai simplifié le montage aussi. Les vôtres sont très bien, vous allez bien rendre service en fournissant la famille et les amis. Ici, une trentaine de masques sont déjà partis. Les destinataires sont satisfaits.

    Bonne continuation et bonne santé, surtout; à bientôt.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :