• Lorsque j'ai reçu le catalogue 59 de Rowan, j'ai tout de suite été séduite par le modèle SAITAMA de Martin Storey. D'une part parce que je tombe souvent en arrêt devant les modèles de ce créateur mais surtout parce que le modèle en question reprenait une coupe que j'affectionne particulièrement avec ce petit supplément d'innovation qui rend le tricot addictif.

     

    Saitama

     

     

     

    Saitama

     

    Comme par ailleurs, j'avais en stock un mélange susceptible de convenir, j'ai aussitôt entrepris de tricoter l'échantillon en jersey et dans la foulée les deux manches.

     

    Saitama

    Le modèle original est tricoté en Kid silk haze associé à de la Fine lace tous deux de ROWAN bien sûr. Personnellement j'ai utilisé de la Kid silk associée à un fil alpaga que j'avais en stock depuis longtemps et pour lequel j'ai eu quelques difficultés à trouver une utilisation. Souvenez-vous, c'était  en janvier 2013 !

     

    Saitama

     

    L'association avec de la KSH améliore considérablement le rendu : plus moelleux, plus nuancé aussi. 

    Mais lorsque j'ai commencé le point dentelle du dos, le résultat m'a beaucoup déçue. Je pense que je me suis laissée happer par l'ambiance japonisante de présentation du modèle, et que je n'ai pas regardé d'assez près le tricot en lui-même pour m'apercevoir que les motifs n'étaient pas très "délicats". Il faut dire que les vues sont prises d'assez loin...J'ai vérifié sur Ravelry ce qu'en avait tiré certaines expertes et le verdict fut sans appel. Il me fallait changer le point.

     

    Saitama

    Donc, j'ai détricoté le peu que j'avais fait et ai utilisé le point "layette" de Trillium que j'avais déjà testé avec l'alpaga seul.

    Et le voici terminé.

     

    Saitama

    Les photos d'ouvrages présentés sur cintre ne sont jamais très flatteuses. Mais en l'occurrence, il était préférable de procéder ainsi.  J'aurais pu arguer que le point à trou-trous appelait un top pour atténuer la transparence et qu'il me fallait le coudre. J'aurais pu dire aussi que la saison se prêtait peu au port du mohair même pour une simple photo. La réalité est bien plus désagréable : j'ai pris quelques kilos et je me sens trop à l'étroit dans cet ouvrage pour lui rendre justice. 

    Saitama

     Ci-dessus, l'image présente un détail du point, très facile et surtout la véritable couleur obtenue par le mélange des deux fils et ci-dessous l'association avec l'étole en soie qui m'avait été offerte et pour laquelle je cherchais une association heureuse. Cela me conduit à penser que ce petit cardigan aurait tout intérêt, une fois mes kilos superflus perdus, à s'associer avec une jupe ou un pantalon vert bronze.

     

    Saitama

     

    En dépit de toutes les modifications apportées au modèle de Martin Storey (manches longues, point différent, encolure resserrée) Je vais persister à appeler ce cardigan SAITAMA  même s'il n'a plus rien à voir avec la création d'origine. Que M. Storey veuille bien me pardonner. 

    Rendez-vous dans six mois avec une photo en pied....Peut-être que ce billet me donnera la motivation suffisante pour m'attaquer de front au problème qui me préoccupe.

    A bientôt.


    3 commentaires
  • Dernier jour de vacances pour ma petite-fille. J'ai donc insisté un peu pour qu'elle se munisse de l'appareil photo et se lance dans un shooting qui, à la lecture, s'est révélé très "oblique". Rassurez-vous mes portes de placard ont bien été posées, sans fil à plomb certes, mais à la verticale.

    Il faudra donc prendre les images telles qu'elles sont sorties de l'appareil sans retouches aucune avec juste quelques zooms sur les points qui me paraissaient les plus intéressants.

    Voici tout d'abord, à peu près droit, Patriot sur un cintre, ce qui n'est jamais très flatteur pour un ouvrage. Peut-être qu'un jour, lorsque je serais plus avancée en couture, je m'offrirai un mannequin mais pour l'heure, nous allons nous contenter du cintre. 

     Cette image a l'avantage de montrer le col fermé et l'intégralité du boutonnage.

    Patriot en photos

     

    Et maintenant, voici Patriot porté :

     

    Patriot en photos

     

    Et puis quelques détails 

    - du col  que je porte toujours ouvert,

     

    Patriot en photos

     

    - du poignet et de la fente de côté :

     

    Patriot en photos

     

     

    Je ne suis pas mécontente du résultat. Cependant, il restera pour le prochain, car je récidiverai certainement, à parfaire l'ouvrage

    - au niveau du col à l'arrière qui mériterait quelques mailles de plus sur les derniers rangs,

    - au plan de la silhouette en créant des pinces de poitrine.

    A très bientôt.

     


    4 commentaires
  • L'aînée de mes petites-filles ne me demande jamais rien. Aussi, lorsqu'elle se lance, j'essaie de répondre à ses attentes le plus rapidement et le mieux possibles.

    Elle souhaitait un bonnet noir et elle m'a montré un modèle qui lui plaisait. Lorsque la commande est aussi précise, c'est facile me direz-vous...

    J'ai vite compris que la forme dont elle rêvait était un slouch. Je suis donc allée voir sur Ravelry si je pouvais trouver un modèle. Il y avait une foultitude de  projets, certains beaucoup plus élaborés que d'autres, mais je connais ses goûts d'adolescente et je n'ai pas trouvé le modèle simplissime susceptible de lui plaire. Alors j'ai entrepris  une confection de mon crû.

    Pour le confort, j'ai opté pour un montage extensible dont j'ai trouvé l'explication sur You tube. Et après 4,5 cm de côtes 1/1 torses pour plus de rigidité, j'ai monté un tube de 30 cm de haut et de 50 cm de circonférence  en jersey que j'ai fermé brutalement par deux rangs de surjets doubles puis un rang de  surjets simples.

    Sa soeur ne concevait pas ce bonnet sans pompon. J'avais imaginé un pompon très gros et bien dense pour accentuer le tombé du bonnet mais Léa a préféré réaliser un pompon en pétard. Soit. A ce propos, je suis toujours interloquée que la même idée puisse avoir des finalisations aussi différentes d'un individu à l'autre et je dois dire qu'à cet égard, Léa me réserve toujours de jolies surprises.

    Comme je pressentais qu'Eva ne voudrait pas du pompon, je l'ai cousu très sommairement avec un fil blanc pour pouvoir le retirer aisément. Voici le résultat avant qu'il ne soit enlevé car, comme je l"avais prévu, Eva n'a pas voulu de pompon. Dommage !

     

    Le slouch d'Eva

    Je suis désolée que la photo soit aussi ratée mais je crains de ne pouvoir faire mieux car  l'oiselle s'est vite envolée, bonnet sur la tête.

    Mission rondement menée avec du 4,5 et des pelotes noires au statut mal défini du stock.

    A bientôt.

     


    1 commentaire
  • Foin des bonnes résolutions pour 2016 ... il suffit que la nouvelle année incite à l'espérance et au renouveau.

    Et je dois dire que pour le premier jour de l'année, j'ai été gâtée par un soleil levant des  plus magnifiques. C'est fréquent dans la région mais c'est tout de même, à chaque fois, l'heureuse surprise du jour. Comme toujours, les couleurs sont très éphémères. Aussi,ai-je sauvegardé l'instant ne serait-ce que pour me le remémorer les jours de pluie.

     

    Nouvelle année, nouveau projet.

    Et pour démarrer cette nouvelle année, je ferai fi de tous les déboires et contrariétés rencontrés ces derniers temps pour vous parler d'un projet qui me tient à coeur et qui semble sur de bons rails.

    Il s'agit d'une création personnelle que j'ai baptisée Patriot.

    Lors des soldes de l'été dernier, je m'étais acheté un pantalon en toile fine et souple  évoquant le jean d'ailleurs un peu clair à mon goût. Mais l'occasion fait parfois le larron.

    Et comme je n'avais rien à associer à ce pantalon, je me suis souvenu que j'avais en stock un fil qui pourrait l'accompagner avantageusement.  Il s'agit d'écheveaux ROWAN dans la qualité Rowanspun DK, coloris 734 (cloud) de 200m pour 50g. Un fil tweedé, très léger et chaud que j'ai déjà tricoté.

    Pour le modèle, je voulais un polo facile à porter et enfiler. Pour bien définir mon projet, j'ai alors fouillé dans mes boîtes de boutons à la recherche DU bouton qui lui donnerait le petit plus qui en ferait "mon" polo. Rien ne me convenait vraiment : trop petit, trop gros, trop "froid", sans intérêt, tous les adjectifs y sont passés jusqu'à ce que mon amie Christine me propose en rappel des points de tweed du rouge sang en petits boutons hexagonaux.

    Tout naturellement, m'est alors venue l'idée d'un fin liseré rouge pour accompagner les bordures.

    Et voici les deux manches terminées.

     

    Nouvelle année, nouveau projet.

    J'ai illico commencé le dos qui risque d'être un peu fastidieux car en jersey tout bête mais je vais essayer de forcer l'allure pour en finir rapidement.

    Je ne peux clore ce message sans auparavant avoir souhaité une excellente année 2016 à toutes celles et ceux qui me liront.

    A très bientôt.

     


    5 commentaires
  •  

    Depuis mon dernier post, j'ai beaucoup circulé à droite et à gauche et ai tricoté un peu. Certains projets sont aboutis mais n'ont pas encore été portés parce que tricotés à contre-saison.

    Je me suis investie aussi dans l'aménagement de la maison.

    Depuis des mois, j'avais une ampoule nue au plafond de la salle à manger. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir couru les magasins de luminaires, ici en région ou même à Paris. Mais ma quête restait vaine : trop volumineux, trop chichiteux, pas assez intemporels et lorsqu'enfin,  je jetais mon dévolu sur celui qui au pire pourrait convenir : trop cher.

    Seulement, l'ampoule nue avait assez duré et j'ai opté pour une solution économique en me disant que peut-être, plus tard, je trouverai enfin le lustre qui comblerait toutes mes exigences de taille, de style et de prix..

    La salle à manger a une assez grande hauteur sous plafond (3m) ce qui à mon sens appelait un assez grand volume que je voulais léger à l'oeil cependant. J'ai donc opté pour un lustre à 8 branches on ne peut plus classique de 90 cm de diamètre mais sans fioritures. Je l'ai trouvé d'occasion sur e-bay et l'ai payé moitié prix de sa valeur marchande. Il était  beigeasse avec des traces de "patine" vert de gris, couleur assez peu engageante.

    Après nettoyage, ponçage et vérification de l'électrification, il a été repeint par un carrossier en rouge tomate brillant. Restait le problème de la chaîne assez longue compte tenu de la hauteur du plafond et du fil électrique apparents que je trouvais plutôt disgracieux. Je me suis alors souvenue d'un petit livre charmant  de Marie Gouny qui proposait toutes sortes de décorations d'intérieur et entre autres des housses pour pieds de table. J'ai farfouillé sur internet et me suis vite rendue compte que cette idée de housse pour les chaînes de lustre avait largement été exploitée ici ou là et même dans certains cas à des fins commerciales. En voici des exemples, notamment au grenier d'alice

    J'ai donc décidé de la confectionner moi-même et suis partie à la chasse au tissu qui conviendrait. Ce ne fut pas si facile que cela à cause de la couleur. J'ai d'abord trouvé un pongé de soie à peine plus assourdi que le rouge du lustre mais plus que la différence de couleur c'était la nature même du tissu qui donnait un rendu sans éclat. J'allais me résoudre à cette option quand la vendeuse eut une idée de génie en superposant sur le pongé de soie, un voile d'organza orange vif et vaguement irridescent. 

    Bingo l Même pas 15 euros de tissu et la confection des deux housses que j'ai superposées m'a pris à peine la matinée.

     

    Voici le résultat.Le lustre

    Première housse en pongé de soie : rectangle de 11,5 cm sur 1,40m. Couture droite renforcée par un surfilage très serré.

     

    Le lustre

     

    En superposition :  2ème housse en organza taillée dans un rectangle de 12,5 cm sur 1,40 m.

    Et voici le lustre installé :

    Le lustre

     

    De plus près : 

    Le lustre

    Finalement, cette opération aurait pu se révéler extrêmement économique s'il ne m'avait fallu choisir des ampoules nouvelle génération à prix d'or qui au total ont coûté plus cher que le lustre, la peinture et le tissu réunis. Je me console en pensant que la consommation des 8 ampoules est inférieure à une seule ampoule de 60w,  Je me demande simplement combien me faudra t'il de mois pour  amortir l'achat. Allez, pas de regret considérons que c'est  un petit geste pour la planète. 

    A bientôt.


    1 commentaire