•  

    Depuis mon dernier post, j'ai beaucoup circulé à droite et à gauche et ai tricoté un peu. Certains projets sont aboutis mais n'ont pas encore été portés parce que tricotés à contre-saison.

    Je me suis investie aussi dans l'aménagement de la maison.

    Depuis des mois, j'avais une ampoule nue au plafond de la salle à manger. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir couru les magasins de luminaires, ici en région ou même à Paris. Mais ma quête restait vaine : trop volumineux, trop chichiteux, pas assez intemporels et lorsqu'enfin,  je jetais mon dévolu sur celui qui au pire pourrait convenir : trop cher.

    Seulement, l'ampoule nue avait assez duré et j'ai opté pour une solution économique en me disant que peut-être, plus tard, je trouverai enfin le lustre qui comblerait toutes mes exigences de taille, de style et de prix..

    La salle à manger a une assez grande hauteur sous plafond (3m) ce qui à mon sens appelait un assez grand volume que je voulais léger à l'oeil cependant. J'ai donc opté pour un lustre à 8 branches on ne peut plus classique de 90 cm de diamètre mais sans fioritures. Je l'ai trouvé d'occasion sur e-bay et l'ai payé moitié prix de sa valeur marchande. Il était  beigeasse avec des traces de "patine" vert de gris, couleur assez peu engageante.

    Après nettoyage, ponçage et vérification de l'électrification, il a été repeint par un carrossier en rouge tomate brillant. Restait le problème de la chaîne assez longue compte tenu de la hauteur du plafond et du fil électrique apparents que je trouvais plutôt disgracieux. Je me suis alors souvenue d'un petit livre charmant  de Marie Gouny qui proposait toutes sortes de décorations d'intérieur et entre autres des housses pour pieds de table. J'ai farfouillé sur internet et me suis vite rendue compte que cette idée de housse pour les chaînes de lustre avait largement été exploitée ici ou là et même dans certains cas à des fins commerciales. En voici des exemples, notamment au grenier d'alice

    J'ai donc décidé de la confectionner moi-même et suis partie à la chasse au tissu qui conviendrait. Ce ne fut pas si facile que cela à cause de la couleur. J'ai d'abord trouvé un pongé de soie à peine plus assourdi que le rouge du lustre mais plus que la différence de couleur c'était la nature même du tissu qui donnait un rendu sans éclat. J'allais me résoudre à cette option quand la vendeuse eut une idée de génie en superposant sur le pongé de soie, un voile d'organza orange vif et vaguement irridescent. 

    Bingo l Même pas 15 euros de tissu et la confection des deux housses que j'ai superposées m'a pris à peine la matinée.

     

    Voici le résultat.Le lustre

    Première housse en pongé de soie : rectangle de 11,5 cm sur 1,40m. Couture droite renforcée par un surfilage très serré.

     

    Le lustre

     

    En superposition :  2ème housse en organza taillée dans un rectangle de 12,5 cm sur 1,40 m.

    Et voici le lustre installé :

    Le lustre

     

    De plus près : 

    Le lustre

    Finalement, cette opération aurait pu se révéler extrêmement économique s'il ne m'avait fallu choisir des ampoules nouvelle génération à prix d'or qui au total ont coûté plus cher que le lustre, la peinture et le tissu réunis. Je me console en pensant que la consommation des 8 ampoules est inférieure à une seule ampoule de 60w,  Je me demande simplement combien me faudra t'il de mois pour  amortir l'achat. Allez, pas de regret considérons que c'est  un petit geste pour la planète. 

    A bientôt.


    1 commentaire
  • C'est la couleur qu'a choisie ma soeur pour une jupe que je lui ai proposé de coudre. Nous sommes allées ensemble choisir le tissu. Elle a opté pour un beau drap de laine édité pour Pierre Cardin dans un ton de marine plutôt sombre qui lui permettra de "passer" en toutes saisons.

    Pour le modèle, elle a retenu une forme droite ,très souple, légèrement évasée du bas. Il y a déjà de très nombreuses années je lui avais confectionné un modèle semblable qu'elle  porte encore.

    Je ne me suis tout de même pas fiée au premier patron tant il était ancien et en ai réalisé un nouveau à l'aide de cet ouvrage.

    Bleu marine

    Voici le résultat au dernier essayage avant les fnitions ; la ceinture n'est pas cousue, le montage de la fermeture éclair est à retoucher et l'ourlet (bien rond quoi que la photo laisse supposer) est à repasser.

    Bleu marine

    Voici une autre vue, toujours avant finitions, mais portée normalement ce qui permet de mieux apprécier l'aplomb même si les défauts énoncés plus haut sont toujours là.

     

    Bleu marine 

    Et voici quelques détails de finition, après retouches :

    La couture de la fermeture éclair a été reprise et la boutonnière faite à la machine. 

     

    Bleu marine

    Pour la doublure, nous avons pris du bemberg. Ce n'est pas un matériau que j'aime beaucoup parce que je ne le trouve pas très solide  mais à Pau nous n'avons pas beaucoup le choix.

    Comme la jupe est droite et sans pli, j'ai fait des fentes importantes sur les côtés de la doublure pour le confort de la marche.

    Bleu marine

    Voilà un ouvrage terminé. Ma soeur n'aura plus qu'à lui donner un bon coup de vapeur pour défroisser les plis du paquet avant de pouvoir la porter.

    Je vous souhaite une excellente semaine à toutes.

     


    3 commentaires
  • Après les hexagones qui m'avaient donné bien du biais à retordre, je me suis penchée sur le  cas des étoiles.

    Et j'étais ravie. Vraiment ravie parce qu'à force de farfouiller sur le net j'ai découvert le site de "Mamounette bla-bla" qui expliquait avec moult photos en grand format comment procéder. J'étais sauvée ! Ma satisfaction ne fut que de courte durée, car une fois de plus je me suis perdue à contempler les étoiles  en voyant des cubes ou des hexagones bleus... de nouveau, j'ai bataillé. 

    Je me suis alors souvenue qu'en mileu professionnel je me suis fait traitée une fois de teckel à poil dur parce que je ne lachais pas facilement le morceau. Et j'ai donc insisté, me focalisant uniquement sur les étoiles. Il faut que j'admette la dure réalité : je ne vois qu'en deux dimensions.

    [Sans titre] 

    Satisfaite d'avoir vaincu mon handicap, je me suis alors fait plaisir pour le quatrième motif en optant pour une formule plus simple en deux dimensions seulement cette fois : le pied de coq. Mais satisfaite qu'à demi, car je le trouve disproportionné par rapport aux trois autres

    [Sans titre]

    Petit sondage : quel est votre préféré des quatre ?

    Me voici pourvue des centres des 4 coussins. Il me reste à les peaufiner, les fixer, les normaliser et prévoir leur habillage. Mais pour cette ernière étape avant l'ultime assemblage qui les transformera en coussins, j'attends avec impatience la visite de mon amie Christine. Je sais qu'elle n'est pas adepte du patchwork mais je suis certaine qu'elle se laissera tenter par le plaisir de farfouiller dans mes tissus et je gage que nos choix seront différents. J'attends beaucoup de cette confrontation qui risque de m'ouvrir des horizons nouveaux.

    Pour cela, il faudra tout de même attendre début avril. Patience, donc...

    Excellente semaine à toutes.


    2 commentaires
  • Oublions les anglicismes. Je vous parlerai donc de tissage, encore que le mot meshwork se révèle bien utile lorsque l'envie me  prend de rechercher des modèles sur internet.

    Lors de mon dernier passage, je vous avais fait part de  mon intention de réaliser 4 carrés avec cette technique pour en faire les 4 faces verso pour les coussins des chaises de jardin.

    Voici le deuxième. J'avoue que j'ai éprouvé de grandes difficultés à en venir à bout. Il est vrai que je n'avais pour modèle qu'une photcopie, en noir et blanc de surcroît, ce qui ne rendait pas très aisée la lecture des passages dessous-dessous des bandes à tisser. Mais je pense qu'en réalité c'est mon incapacité à percevoir les choses dans l'espace qui est à l'origine des défauts que j'observais une fois le tissage terminé. Une première fois, j'avais bien obtenu des hexagones mais en y regardant de plus près je me suis rendue compte que les hexagones en question, regardés d'une certaine façon, formaient aussi des cubes. J'ai donc redéfait beaucoup de bandes et les ai retissées pour obtenir des cubes tous orientés de la même façon. Ce fut un excellent exercice de rééducation. Sera-t'il profitable pour la suite ?

    Voici le résultat, tout juste sorti de l'atelier, sachant qu'il doit y retourner pour tenter d'ajuster les bandes afin d'obtenir des cubes vraiment cubiques et bien alignés, puis le ramener à des dimensions normalisées.

    J'ai tellement bataillé et pesté contre ma photocopie défaillante que j'ai failli m'offrir ce livre-ci même si je ne lis pas le japonais, ne serait-ce que pour avoir enfin des images en couleurs :

    Meshwork :hexagones

    Mais l'heure est aux économies et j'ai donc renoncé. Pour l'instant du moins.

    Me voici maintenant à la tête de deux carrés. L'effet est fort différent en dépit du fait que ce sont les mêmes tissus taillés en bandes de format identique.

    Il faut maintenant que j'attaque le troisième.

    Bonne semaine à toutes. 

     

     PS : En cliquant sur les images, vous pouvez agrandir les photos et mieux voir le passage des bandes.


    2 commentaires
  • Je viens de préparer le dernier carré des faces "pliages" de mes coussins.

    A petits pas, je progresse...

    Et je suis assez contente de moi. Ce n'est  pas encore parfait, mais mes carrés sont  presque carrés et j'ai réussi à rattraper une bonne partie des erreurs de départ. Il faut dire qu'au réglet et à l'équerre, j'ai ajouté des outils que je me suis confectionnés pour l'occasion. En l'occurrence des gabarits en rhodoïd  transparent et quadrillé qui sont plus faciles à manipuler que l'équerre et me procurent davantage de précision.

    Pour ce dernier motif, j'ai beaucoup réduit le sampler de base et l'ai positionné en diagonale afin de pouvoir tricher encore un peu. Par ailleurs, j'ai estimé que sur l'ensemble des coussins, j'en aurai ainsi deux de chaque sorte.

    A mon sens, ce qui accroît le temps de confection est lié en grande partie à la nécessité de repasser soigneusement entre les séries de couture. En regardant l'envers, on voit mieux les temps de pause nécessaires entre deux assemblages :

    A petits pas, je progresse...

    Et voici les quatre faces, les unes à côté des autres, dans l'ordre de leur réalisation (de gauche à droite ):

    A petits pas, je progresse...

    Tous ces tops utilisent les même tissus, à l'exception du dernier dans lequel j'ai supprimé le "rosette" parce que mon amie Christine m'a fait judicieusement remarquer qu'au fil du temps j'ajoutais des strates. J'ai donc simplifié sur le dernier et je trouve qu'il s'en porte très bien. J'espère que la bande bleue finale qui doit amener les tops aux dimensions des coussins apportera une forme d'unité à l'ensemble d'autant que la couleur en est assez forte.

    Et maintenant, je vais me consacrer aux faces "tissage". Mais je compte m'y prendre d'une toute autre façon. Je vais commencer par les 4 coeurs de coussin, tous aux mêmes dimensions, et ensuite conserver la même construction périphérique. Cela me  permettra de mieux jauger l'impact des couleurs en comparant des masses similaires.

    Je vous souhaite à toutes un excellent week-end. 

     

    PS : En cliquant sur les photos, vous pouvez les agrandir et ainsi regarder les détails et évaluer les défauts !

     


    3 commentaires