• Une fois Posse terminé, j'ai repris mes aiguilles pour avancer un peu la couverture, d'autant qu'il me restait quelques grilles élaborées par mes petites-filles au cours de l'été qui n'avaient pas été tricotées.

    Voici donc les grilles d'Eva, de Léa, de leur maman Régine. Je n'ai pas voulu être en reste et ai aussi participé à cette oeuvre collective. 

    Quelques nouvelles mailles

    A y regarder de près, les personnalités de chacune transparaissent au travers des dessins. Je dois avouer que j'ai un faible tout particulier pour le carré de droite sur l'avant dernière rangée. Eva, sans  complètement nié les contraintes imposées pour l'exercice,  les a tout de même transgressées pour donner un mouvement  tournant à son dessin qui, à mes yeux, évoque des ailes de moulin.

    Il va falloir maintenant se creuser la cervelle  pour chercher de nouvelles combinaisons parce que, à ce jour, j'ai 44 carrés tricotés et pour bien faire il m'en faudrait 187  pour une couverture de 1,20m x 2m40.

    Ce projet, je le savais d'ailleurs au départ, est un ouvrage de longue haleine. Pour aligner quelques résultats à la fin de l'année, j'ai donc eu envie d'un modèle, utile, rapide, facile. Etant donné la saison, le mohair m'a semblé bien approprié.

    J'ai alors sorti de mes cartons un 63%mohair-37%viscose brun, donc peu salissant qui me paraissait bien convenir. Malheureusement, les premiers rangs de jersey envers se sont révélés assez décevants car, contrairement à ce que j'avais envisagé, le fil au profil très irrégulier fait de grosses bouloches inégalement réparties.

     

    Quelques nouvelles mailles

    J'ai  eu l'idée de le doubler d'un fil plus épais quoique très léger pour égaliser le rendu. J'ai ressorti de ma réserve un fil dont je pensais que je ne l'utiliserai jamais. Je me demande encore comment j'ai pu acheter une horreur pareille :   90% acrylique, 10% rhovyl d'une couleur des  plus improbables. Ou bien j'avais le moral dans les chaussettes ce jour-là ou bien je me suis dit que cela ne me coûterait pas cher  pour faire des essais divers de techniques, de  points, etc....

    Toujours est-il que l'association des deux présente un grand intérêt : couleur globale plus nuancée et moins tristounette et surtout lissage des bouloches.

    Quelques nouvelles mailles

    Et puis, en constatant que l'âme du fil mohair étant noire, ce serait peut-être judicieux d'accentuer cette couleur dans le projet par les finitions et pour favoriser la transition j'ai voulu augmenter l'effet par l'ajout d'un fil noir fin.

    Avant de démarrer, je me suis essayée à différents points avec de la radiangor noire.  C'est l'ajouré qui me  plaisait le mieux.

    Quelques nouvelles mailles

    Sans doute parce qu'il me faisait penser au modèle LONGING   que K. Hargreaves a publié dans son dernier opus "Enchanted",

    Quelques nouvelles mailles

    mais j'ai renoncé -pour l'instant- parce que je destine ce pull à un usage quotidien et que l'ajouré me semble peu adapté pour lutter contre les courants d'air. Et j'ai remplacé le fil noir de radiangor  par un faux mohair noir plus poilu et moins épais, d'autant que je n'étais pas certaine de disposer d'un nombre suffisant de pelotes radiangor.

    Et voici enfin, tout au point de riz, le début du dos :

    Quelques nouvelles mailles

    Pour le reste, ce sera du basique et du facile, tricoté avec des aiguilles 6,5. J'espère que je ne rencontrerai pas de difficultés en route.

    Bonne semaine à toutes

     


    1 commentaire
  • Pour l'instant, en couture, je ne me hasarde pas à faire des ouvrages qui puissent sortir de la maison. Peu expérimentée, même si je m'applique, n'hésite pas à défaire et refaire, il y a toujours trop de défauts.

    Il y a un certain temps je m'étais lancée dans la confection d'une robe de chambre. Mon idée était de tester un patron pour ensuite, si cela me convenait, rééditer la chose mais en tricot cette fois.

    La robe de chambre est terminée et je lui ai adjoint un pantalon en polaire. Je dois dire que je ne quitte ce dernier qu'à contre-coeur. Certes, il n'est pas des plus flatteurs mais il est tellement chaud et confortable qu'un de ces jours je lui fabriquerai même un petit frère, je pense.

    Voici le résultat de mes travaux.

    Tenue d'intérieur

    Comme vous le voyez, avec plus ou moins de bonheur, je me suis essayée aux poches passepoilées, aux manches à revers et aux boutonnières faites main (ma machine refusant une si grosse épaisseur). Après exécution, le patron d'origine (un Burda de manteau) a été rectifié, notamment pour la hauteur des pinces de poitrine. Malgré tout, je ne me vois pas dans un manteau de cette coupe que je trouve vieillotte. J'abandonne donc mon projet de tricoter un ouvrage sur ce modèle.

    Cet ouvrage de couture étant terminé, j'en ai tout de suite entamé un autre : un saut-de-lit, pour l'été cette fois, dans un coton gris et blanc que j'avais en stock, avec quelques petits détails rouge carmin pour réveiller le tout. 

     

    Tenue d'intérieur

    Je vous souhaite une excellente semaine à toutes.


    3 commentaires
  • Cette dernière semaine, je me suis essentiellement consacrée à la finition de Posse dont je veux absolument me débarrasser.

    J'ai donc rapidement tricoté les deux manches. Courtes il est vrai et sans jacquard ce qui m'a tout de même considérablement simplifié la vie.

    Voici donc Posse, fini, bloqué ... à  peine épousseté (je me suis aperçue après coup, sur la photo, qu'un petit fil trainait encore) et déjà oublié.

     

    Ouf ! Posse est fini.

    Ouf ! Posse est fini.

     

     

     

     

     .

     

     

     

     




     

     

     

     

    Mais en attendant de démarrer un nouveau projet (en mohair avec de grosses aiguilles, pour changer) je vais tricoter quelques carrés de couverture supplémentaires car entre deux rangs de Posse, j'ai préparé quelques grilles nouvelles.

    Bonne semaine à toutes.


    2 commentaires
  • Parce que je n'aime pas rester sur un échec et surtout parce que j'avais le coeur à l'envers de voir Léa si désappointée, j'ai tenté une ultime manoeuvre pour sauver Posse du déshonneur de la poubelle. 

    1ère étape : Avant de commencer quoi que ce soit, j'ai voulu vérifer de combien il fallait que j'élargisse le gilet pour qu'il soit utile au moins ... deux ans !

    J'ai donc découpé des bandes dans un vieux morceau d'étoffe et les assemblées sur les côtés. J'en ai profité pour tailler sur Léa, l'arrondi de l'emmanchure (à droite sur la photo).

    Le sauvetage de Posse

    2ème étape : suppression des fentes de côté et sécurisation du tricot en ramenant les côtés "droit fil" J''ai compensé les diminutions ainsi disparues en les reportant sur les bandes au point de riz.

    Le sauvetage de Posse

     

     

    Le sauvetage de Posse

     

    3ème étape : tricotage des bandes latérales en commençant en rangs raccourcis par les emmanchures et en laissant en attente les mailles qui seront raccordées à la base.

    Le sauvetage de Posse

    4ème étape : suppression de l'ancienne base du gilet, remaillage et tricotage de la nouvelle base.

    Le sauvetage de Posse

    Et comme un malheur n'arrive jamais seul, je me suis aperçue après coup qu'en dépit d'un bain identique, les  pelotes n'étaient pas tout-à-fait de la même nuance ! Mais je me suis dit que de toutes manières, au point où nous en étions, la différence, vu lebariolage de l'ensemble, serait peut-être acceptable. Surtout si je ne dis rien à l'intéressée.

    5ème étape :

    Voici donc le corps terminé.

    Le sauvetage de Posse

    Aux manches maintenant. Mais ceci fera l'objet d'un nouveau message.

    Bonne semaine à toutes.


    3 commentaires
  • Cela fait très longtemps que je glane ici et là les chemises usagées, de vieux vêtements en coton léger avec l'idée un jour de m'essayer au patchwork. Ce désir s'est trouvé conforté au printemps dernier lorsque je me suis procuré le livre du Dear Jane, quelques outils et que j'ai commencé à farfouiller chaque fois que l'occasion se pésentait dans les magasins de tissus et sur internet.

    Je me suis donc pas mal documentée et sur le point de démarrer, je me suis dit que le plus simple serait pour moi de m'affilier à  un club afin d'apprendre de visu les bons gestes sans trop tâtonner. Point n'est nécessaire de se décourager en solitaire et de passer un temps infini à corriger des erreurs qui d'un mot peuvent être évitées, n'est-ce-pas ?

    Me voici donc membre du Club de Lescar. Chacune peut y apporter son ouvrage du moment et admirer la diversité et la technicité de ceux des autres. 

    Pour ma part, avec l'aide de Claudine qui pilote le groupe, je commence par un jeté de table reprenant des motifs bien connus : Ohio Star et King's crown. Le choix des tissus s'est révélé beaucoup plus délicat  que je ne le pensais mais, après mûre réflexion, j'ai arrêté mon choix et commencé la coupe. 

    Premiers essais

    Ce Club est aussi un lieu de diffusion et d'apprentisage de techniques nouvelles. Claudine nous a averties que cette année, ce serait pliage et pliages.

    Pour démarrrer deux échantillons.

    Premiers essais

     

    Premiers essais

    Mes premiers essais manquent de  précision mais je pense tout de même les utiliser ultérieurement pour monter des housses de coussins pour mes chaises de jardin.

    C'est la raison pour laquelle j'ai choisi deux couleurs de base: un tissu de Kaffe Fassett (GP69 Bekah) et un écru à motifs de petites feuilles que j'utiliserai pour tous mes essais de ce type, afin de donner une unité à l'ensemble des coussins.

    Bonne semaine à toutes.


    3 commentaires