• Que serait la vie sans petites misères ?

    Côté tricot, depuis le début de l'année, j'ai rencontré pas mal de difficultés.

    Après Elizabeth, j'ai repris un ouvrage que j'avais commencé dans le train. Il faut dire que je trouve ce lieu particulièrement adapté pour tricoter des manches et donc, pratiquement à chaque voyage de  plusieurs heures, je démarre un ouvrage...

    En kl'occurrence, il s'agit de Théa de K. Hargreaves.

     

    Théa modèle

     

    Pour l'occasion j'avais sorti du stock de la Kid Classic de chez Rowan en coloris Bear pour aller avec une jupe en tweed que j'étais en train de coudre. Les coloris, au demeurant bien automnaux, me paraissaient s'allier avec bonheur.

    Que serait la vie sans petites misères ?

     

    Au départ j'avais prévu peu de modifications. J'envisageais seulement de remplacer le point de blé que je trouvais sur mon échantillon trop gonflant par rapport au jersey par du point de riz et de supprimer l'effet trompette des manches. Pas de souci pour les manches et le dos. En revanche, pour les devants, j'ai dû défaire jusqu'à la taille car l'encolure était trop large et  le cran du col trop bas à mon goût.

    J'ai refait le patron des devants à ma sauce, en remontant le cran du col et en réduisant la largeur des revers :

    Que serait la vie sans petites misères ?

    J'ai donc modifié les devants selon ce patron, rectifié l'encolure dos que j'ai réduite en conséquence et c'est seulement à l'essayage final que je me suis rendue compte que le gilet était trop large..., Je le voulais souple, c'est entendu, pour pouvoir porter quelque chose dessous mais il était vraiment beaucoup trop large.

    Dépitée, je l'ai laissé de côté un moment. Puis, j'ai pensé pouvoir opter pour une solution que je n'approuve guère mais qui sauverait l'ouvrage à moindre effort en reprenant les coutures de côté pour le rendre portable. Ce serait vraiment dommage de ne pas profiter de  ce fil d'une légèreté, d'une douceur et d'une chaleur exceptionnelles. 

    Voici ce que je devrais reprendre au minimum de chaque côté :

    Que serait la vie sans petites misères ?

    Et maintenant j'hésite car je ne veux pas couper le fil et si je laisse les coutures, cela risque de faire de sérieuses épaisseurs.

    Le voici sur cintre, non finalisé : trop court, trop large, sans allure. J'hésite encore :  détricoterai-je ou  ne détricoterai-je pas ? 

     

    Que serait la vie sans petites misères ?

     

     Même la photo est ratée qui ne rend justice ni à la qualité du fil, ni à la beauté des boutons de nacre tout-à-fait dans le ton.

    Quant à la jupe, elle n'est guère réussie non plus. Mais peu importe. J'ai décidé qu'il s'agissait là de prototypes à corriger. Restons positifs.

    Autre déboire... car une bêtise arrive rarement seule.

    Puisque Théa n'avançait pas comme je le souhaitais, je me suis dit qu'il fallait retrouver le moral en tricotant un modèle éprouvé, fini et déjà  porté avec plaisir. J'ai alors opté pour une seconde version de Marsha

    Que serait la vie sans petites misères ?

    mais en version printemps. Il m'avait fallu 9 pelotes de coton et 7 de radiangor pour tricoter le premier. J'ai estimé que puisque j'avais en stock 10 pelotes de Licorne coloris Feuillage et 10 pelotes de radiangor coloris menthe, je pouvais entreprendre une version vert crû de ce modèle 

     

    Que serait la vie sans petites misères ?

     

    J'ai terminé les deux manches, le dos et c'est alors que je me suis aperçue qu'il ne me faudra pas moins de 11 ou 11,5 pelotes de coton pour achever mon ouvrage.... Grrrr !

     

    Que serait la vie sans petites misères ?

    J'ai bien encore en stock ce coloris Feuillage (038) mais dans un bain si différent que je ne pourrai pas l'utiliser.

    Donc Marsha printemps est lui aussi au point mort pendant que je cherche les pelotes du bain 602 qui me manquent. En fait, j'ai l'impression que c'est un coloris qui a été peu tricoté et je commence à douter de trouver. Si par hasard, vous qui me lisez, avez des pelotes de ce type, sachez que vous feriez mon bonheur en me les vendant ou en les échangeant contre d'autres coloris de Licorne, car je sais que c'est une qualité dont on ne se sépare qu'à regret.

    Voici pour les désillusions de ces dernières semaines. Depuis, heureusement, j'ai terminé Longing qui a permis de gommer quelque peu toutes ces désillusions.

    Bonne semaine à toutes.

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    2
    libby
    Dimanche 27 Avril 2014 à 11:22
    libby

    Je suis sure que vous allez trouver comment faire pour que ces deux superbes modèles tombent parfaitement. 


    amicalement

    1
    mimicaillou
    Samedi 26 Avril 2014 à 19:20

    "Ces petites misères seront passagères, tout ça s'arrangera"  je crois que Maurice Chevalier le chantait en son temps, alors , vous avez raison, continuez ! C'est bien dommage que de si beaux ouvrages ne tombent pas bien, bonne continuation quand même, bon dimanche !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :