• Dernier jour de vacances pour ma petite-fille. J'ai donc insisté un peu pour qu'elle se munisse de l'appareil photo et se lance dans un shooting qui, à la lecture, s'est révélé très "oblique". Rassurez-vous mes portes de placard ont bien été posées, sans fil à plomb certes, mais à la verticale.

    Il faudra donc prendre les images telles qu'elles sont sorties de l'appareil sans retouches aucune avec juste quelques zooms sur les points qui me paraissaient les plus intéressants.

    Voici tout d'abord, à peu près droit, Patriot sur un cintre, ce qui n'est jamais très flatteur pour un ouvrage. Peut-être qu'un jour, lorsque je serais plus avancée en couture, je m'offrirai un mannequin mais pour l'heure, nous allons nous contenter du cintre. 

     Cette image a l'avantage de montrer le col fermé et l'intégralité du boutonnage.

    Patriot en photos

     

    Et maintenant, voici Patriot porté :

     

    Patriot en photos

     

    Et puis quelques détails 

    - du col  que je porte toujours ouvert,

     

    Patriot en photos

     

    - du poignet et de la fente de côté :

     

    Patriot en photos

     

     

    Je ne suis pas mécontente du résultat. Cependant, il restera pour le prochain, car je récidiverai certainement, à parfaire l'ouvrage

    - au niveau du col à l'arrière qui mériterait quelques mailles de plus sur les derniers rangs,

    - au plan de la silhouette en créant des pinces de poitrine.

    A très bientôt.

     


    4 commentaires
  • L'aînée de mes petites-filles ne me demande jamais rien. Aussi, lorsqu'elle se lance, j'essaie de répondre à ses attentes le plus rapidement et le mieux possibles.

    Elle souhaitait un bonnet noir et elle m'a montré un modèle qui lui plaisait. Lorsque la commande est aussi précise, c'est facile me direz-vous...

    J'ai vite compris que la forme dont elle rêvait était un slouch. Je suis donc allée voir sur Ravelry si je pouvais trouver un modèle. Il y avait une foultitude de  projets, certains beaucoup plus élaborés que d'autres, mais je connais ses goûts d'adolescente et je n'ai pas trouvé le modèle simplissime susceptible de lui plaire. Alors j'ai entrepris  une confection de mon crû.

    Pour le confort, j'ai opté pour un montage extensible dont j'ai trouvé l'explication sur You tube. Et après 4,5 cm de côtes 1/1 torses pour plus de rigidité, j'ai monté un tube de 30 cm de haut et de 50 cm de circonférence  en jersey que j'ai fermé brutalement par deux rangs de surjets doubles puis un rang de  surjets simples.

    Sa soeur ne concevait pas ce bonnet sans pompon. J'avais imaginé un pompon très gros et bien dense pour accentuer le tombé du bonnet mais Léa a préféré réaliser un pompon en pétard. Soit. A ce propos, je suis toujours interloquée que la même idée puisse avoir des finalisations aussi différentes d'un individu à l'autre et je dois dire qu'à cet égard, Léa me réserve toujours de jolies surprises.

    Comme je pressentais qu'Eva ne voudrait pas du pompon, je l'ai cousu très sommairement avec un fil blanc pour pouvoir le retirer aisément. Voici le résultat avant qu'il ne soit enlevé car, comme je l"avais prévu, Eva n'a pas voulu de pompon. Dommage !

     

    Le slouch d'Eva

    Je suis désolée que la photo soit aussi ratée mais je crains de ne pouvoir faire mieux car  l'oiselle s'est vite envolée, bonnet sur la tête.

    Mission rondement menée avec du 4,5 et des pelotes noires au statut mal défini du stock.

    A bientôt.

     


    1 commentaire