•  

    Depuis mon dernier post, j'ai beaucoup circulé à droite et à gauche et ai tricoté un peu. Certains projets sont aboutis mais n'ont pas encore été portés parce que tricotés à contre-saison.

    Je me suis investie aussi dans l'aménagement de la maison.

    Depuis des mois, j'avais une ampoule nue au plafond de la salle à manger. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir couru les magasins de luminaires, ici en région ou même à Paris. Mais ma quête restait vaine : trop volumineux, trop chichiteux, pas assez intemporels et lorsqu'enfin,  je jetais mon dévolu sur celui qui au pire pourrait convenir : trop cher.

    Seulement, l'ampoule nue avait assez duré et j'ai opté pour une solution économique en me disant que peut-être, plus tard, je trouverai enfin le lustre qui comblerait toutes mes exigences de taille, de style et de prix..

    La salle à manger a une assez grande hauteur sous plafond (3m) ce qui à mon sens appelait un assez grand volume que je voulais léger à l'oeil cependant. J'ai donc opté pour un lustre à 8 branches on ne peut plus classique de 90 cm de diamètre mais sans fioritures. Je l'ai trouvé d'occasion sur e-bay et l'ai payé moitié prix de sa valeur marchande. Il était  beigeasse avec des traces de "patine" vert de gris, couleur assez peu engageante.

    Après nettoyage, ponçage et vérification de l'électrification, il a été repeint par un carrossier en rouge tomate brillant. Restait le problème de la chaîne assez longue compte tenu de la hauteur du plafond et du fil électrique apparents que je trouvais plutôt disgracieux. Je me suis alors souvenue d'un petit livre charmant  de Marie Gouny qui proposait toutes sortes de décorations d'intérieur et entre autres des housses pour pieds de table. J'ai farfouillé sur internet et me suis vite rendue compte que cette idée de housse pour les chaînes de lustre avait largement été exploitée ici ou là et même dans certains cas à des fins commerciales. En voici des exemples, notamment au grenier d'alice

    J'ai donc décidé de la confectionner moi-même et suis partie à la chasse au tissu qui conviendrait. Ce ne fut pas si facile que cela à cause de la couleur. J'ai d'abord trouvé un pongé de soie à peine plus assourdi que le rouge du lustre mais plus que la différence de couleur c'était la nature même du tissu qui donnait un rendu sans éclat. J'allais me résoudre à cette option quand la vendeuse eut une idée de génie en superposant sur le pongé de soie, un voile d'organza orange vif et vaguement irridescent. 

    Bingo l Même pas 15 euros de tissu et la confection des deux housses que j'ai superposées m'a pris à peine la matinée.

     

    Voici le résultat.Le lustre

    Première housse en pongé de soie : rectangle de 11,5 cm sur 1,40m. Couture droite renforcée par un surfilage très serré.

     

    Le lustre

     

    En superposition :  2ème housse en organza taillée dans un rectangle de 12,5 cm sur 1,40 m.

    Et voici le lustre installé :

    Le lustre

     

    De plus près : 

    Le lustre

    Finalement, cette opération aurait pu se révéler extrêmement économique s'il ne m'avait fallu choisir des ampoules nouvelle génération à prix d'or qui au total ont coûté plus cher que le lustre, la peinture et le tissu réunis. Je me console en pensant que la consommation des 8 ampoules est inférieure à une seule ampoule de 60w,  Je me demande simplement combien me faudra t'il de mois pour  amortir l'achat. Allez, pas de regret considérons que c'est  un petit geste pour la planète. 

    A bientôt.


    1 commentaire